Menu Contenu
Michel Vielle : "Donner une place aux habitants a toujours été mon obsession"
A l'occasion des réflexions qui naissent autour du mouvement des gilets jaunes et de la place du citoyen dans la vie démocratique, nous avons souhaité re-publier l'entretien de Michel Vielle datant de 2009. Disparu en 2010, ce géographe rural de formation, était venu au Développement social local (DSL) par sa passion nourrie pour "les territoires vécus, parcourus et repérés par les habitants". Devenu consultant, il a accompagné pendant dix années élus, professionnels et habitants dans les démarches de coopération et de co-construction de leur projet de développement. Une façon de donner corps et vie à la démocratie participative. Un grand professionnel, militant de la parole donnée aux citoyens, dont les constats et propositions n'ont rien perdu de leur actualité 10 ans après.


>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
Carrefour des innovations sociales : la version bêta en ligne
Vous en avez rêvé, le Carrefour des innovations sociales l’a fait : permettre en un clic de consulter les projets socialement innovants recensés par plus de 70 sourceurs différents, dont Apriles. Une version test du site, en ligne depuis le 16 avril, compile déjà plus de 5000 actions auprès d’une quinzaine de sourceurs. Au fur et à mesure de son développement, un moteur de recherche et une cartographie permettront notamment aux utilisateurs d’identifier les projets qui les intéressent, sur une base enrichie en permanence par les sourceurs. Avec quatre grands objectifs : regrouper en un espace partagé l’information fiable disponible sur les projets d’innovation sociale en France, visualiser les projets dans leurs écosystèmes locaux, quelle que soit l’échelle (locale, régionale, nationale), mesurer les dynamiques d’innovation sociale par territoire, soutenir l’essaimage des innovations sociales. Pour découvrir la plateforme et la tester : www.carrefourdes innovationssociales.fr 
 
La mobilisation ne faiblit pas !
L’information est passée quasi inaperçue dans les médias, occupés à couvrir le mouvement des Gilets Jaunes. Le 5 décembre dernier on célébrait, comme tous les ans depuis 1985, la journée mondiale du bénévolat. A cette occasion, la Fonda a rendu publique une étude approfondie sur le bénévolat en France, menée par le centre de recherche sur les associations et le CSA en 2017. Jusqu’alors, la référence en la matière était celle conduite par la DREES en 2002. 

Et la bonne nouvelle, c’est que 22 millions de nos concitoyens consacrent un peu, beaucoup (une centaine d’heures en moyenne par an) de leur temps à des projets collectifs. Un chiffre qui a bondi de plus de 83% au cours des quinze dernières années. L’enquête confirme aussi la très grande diversité de ces bénévoles (les femmes sont toujours minoritaires, les séniors plus présents dans les instances de gouvernance), de la façon dont ils pratiquent ce bénévolat (même si 90 % le font au sein d’associations, ils sont deux fois plus de non adhérents qu’en 2002) et des domaines dans lesquels ils l’exercent. Certes, les champs du sport, de la culture et des loisirs restent en tête en totalisant 46% de la participation bénévole, mais c’est le bénévolat d’action sociale et caritative qui enregistre la plus belle progression depuis 2002. De quoi bousculer l’image d’un bénévolat aujourd’hui plus urbain que rural, avec une participation régulière en hausse, et 45% des bénévoles qui s’investissent depuis plus de cinq ans. De quoi aussi, en ces temps de doutes et d’interrogations sur notre avenir collectif, ne pas désespérer totalement d’une citoyenneté au quotidien, faite d’engagement et de solidarité.

Ce sont ces valeurs qu’Apriles a choisi de mettre encore en avant en ce mois de décembre: autour de la solidarité intergénérationnelle (Perche digital), de la solidarité environnementale et du développement durable (légumerie du Grand Cahors), de la coopération entre acteurs et du décloisonnement des pratiques (centre parental de Migennes). Nous y ajoutons la fidélité, envers nos porteurs de projet, à l’exemple de l’association Espoir 54 qui vient de fêter ses 30 ans. Pour l’aider à souffler ses bougies, nous rééditons la fiche, actualisée, consacrée à une de ses initiatives: la bibliothèque des livres vivants. Enfin, parce qu’il est toujours bon de prendre du recul, nous vous proposons de redécouvrir le portrait d’acteur consacré à Michel Vielle, militant de la première heure du développement social local (DSL) et dont les propos trouvent un écho particulier dans la période actuelle. Joyeuses fêtes à tout.e.s.
 

Bibliothèque des livres vivants : quand les malades psychiques se livrent
Afin de lutter contre les nombreux préjugés, alimentés par des faits divers médiatiques, qui entourent la maladie mentale, l’association Espoir 54, qui soutient et accompagne des personnes en situation de handicap psychique sur le territoire lorrain, a adapté et développé un outil de sensibilisation à la maladie psychique et à ses conséquences pour ceux qui en souffrent auprès du grand public : la bibliothèque des livres vivants. Une bibliothèque presque comme les autres, où les lecteurs viennent emprunter un livre pour une durée limitée, sauf qu’ici, le livre est une personne concernée par une des formes de la maladie, qui va raconter son parcours de vie, répondre aux questions de son lecteur et apprendre également de ses interrogations. Dans le dialogue qui s’instaure, non seulement les « livres » prennent la parole, mais le regard des « lecteurs » évolue lui aussi.
>>Lire la fiche
 
Accompagnement à la parentalité : des acteurs de l’enfance et du handicap jouent la complémentarité
Afin d’améliorer l’accueil, de plus en plus fréquent, de parents en situation de handicap psychique et intellectuel et de leur permettre de répondre au mieux aux besoins de leurs enfants, le centre parental de Migennes (Yonne) expérimente une démarche de décloisonnement entre professionnels de l’enfance et du handicap et a développé un outil favorisant l’implication des parents. D’une part, un travail de coordination entre les services de l’Aide sociale à l’enfance (ASE) et ceux de la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) a été initié afin de permettre une prise en charge globale des familles. D’autre part, une mallette, à l’usage des professionnels et des parents a été conçue afin de mesurer et d’objectiver les habiletés parentales, tout en aidant ces derniers à les développer. Cette démarche permet aux professionnels de se recentrer sur leur mission et donne la possibilité aux familles de pouvoir préserver le lien parent-enfant, d’acquérir un degré d’autonomie suffisant et d’éviter ainsi un éventuel placement. 
>>Lire la suite
 
La légumerie : première pierre du projet alimentaire territorial du Grand Cahors

Afin d’améliorer la qualité de l’alimentation, de développer l’activité économique agricole pour redynamiser la vallée du Lot et de diminuer l’impact environnemental de la restauration collective, la légumerie centralisée du Grand Cahors approvisionne chaque jour les cuisines de près de 60 établissements en fruits et légumes locaux frais, prêts à cuisiner ou à consommer. Portée en lien étroit avec les producteurs locaux et la chambre d’agriculture, cette action pose la première pierre d’un projet de développement durable plus large : le Projet alimentaire territorial du Grand Cahors qui vise, par une stratégie globale concertée, à promouvoir un comportement alimentaire équilibré et une alimentation durable sur le territoire tout en revalorisant la filière maraîchère et les circuits-courts.
>>Lire la suite

 
Perche Digital Séniors : quand le numérique encourage le dialogue entre les générations
Afin de contribuer à la prévention de la perte d’autonomie et de favoriser le maintien du lien social auprès de séniors résidants sur un territoire rural du Département de l’Eure-et-Loir, une action de sensibilisation à l’utilisation d’outils informatiques (ordinateurs, tablettes…) a été initiée par un lycée agricole. Encadrés par une animatrice, des élèves animent, dans les communes volontaires, des ateliers collectifs et intergénérationnels réunissant une dizaine de séniors. Conduite en partenariat avec des acteurs du champ social et du développement économique du territoire, cette action, baptisée Perche digital séniors s’inscrit également dans une dynamique plus globale de développement du territoire, qui cherche à encourager l’implantation d’entrepreneurs de la silver économie.
>>Lire la suite
 
Au Bois Bouchaud, parents, enfants et seniors construisent un avenir ensemble

Afin de répondre aux besoins d’hébergement de personnes âgées autonomes et d’optimiser un projet de réhabilitation de structures d’accueil parents/enfants, la Croix Rouge française a implanté, en proximité du centre-ville de Nantes, un espace intergénérationnel. Il réunit, sur un même lieu un centre maternel accueillant des futures mamans ou jeunes mamans fragilisées avec leurs enfants, un centre parental, une crèche ouverte aux enfants du centre maternel et à des enfants du quartier et une résidence autonomie pour personnes âgées autonomes. Cette cohabitation a favorisé la solidarité entre les résidents de tous âges, la création d’initiatives partagées, l’ouverture sur le quartier. Une action qui illustre une évolution du fonctionnement des établissements sociaux et médico-sociaux et répond à une démarche de vivre ensemble. 
> Lire la suite

 
Au Mans le premier restaurant solidaire de France qui valorise les repas non distribués à l'hopital

Pour lutter contre le gaspillage et favoriser l’urgence alimentaire, le centre hospitalier du Mans a mis en place un circuit inédit de redistribution de ses surplus alimentaires. Avec l’aide de deux associations locales, cette ambition a permis d’ouvrir dès 2013 un restaurant solidaire pour public en difficulté. Les 10000 repas distribués chaque année participent à une meilleure qualité de vie pour des personnes en grande difficulté qui peuvent désormais profiter d’un véritable repas chaud, servi à table par des bénévoles dans un lieu adapté. L’implication et le partenariat d’acteurs divers (centre hospitalier, services de l’État, conseil départemental, associations locales) garantissent la pérennité de ce service rendu, alors que l’organisation du lieu et l’engagement des bénévoles permettent aux personnes de profiter d’un moment partagé, propice aux échanges. 
> Lire la suite 

 

<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>